Dymaxion

La Dymaxion Dwelling Machine

La Dymaxion Dwelling Machine de Buckminster Fuller, construite en 1945-1946, également connue sous le nom de Wichita House.

Plusieurs architectes rêvent d’intégrer des technologies de pointe et des matériaux expérimentaux dans leurs bâtiments. Buckminster Fuller en a fait un mode de vie. Le dôme géodésique est l’une de ses contributions ingénieuses et uniques dans le monde de l’architecture moderne, permettant d’englober avec succès un maximum d’espace avec un minimum de matériel et de coûts. À bien des égards, la Dymaxion Dwelling Machine est le précurseur de l’invention du dôme géodésique. Buckminster Fuller a conçu et construit la maison Dymaxion à Wichita, au Kansas, en 1945-1946.

L’apparence de cette machine à habiter ressemble quelque peu à une soucoupe volante. Avec sa peau externe en aluminium et ses fenêtres en plexiglass, elle offre une surface élégante et profilée, tout en renfermant un espace au sol de 1100 pieds carrés (100 m2). Ses occupants bénéficient d’une climatisation dite naturelle, d’un chauffage central avec filtration de l’air, de murs pivotants révélant des espaces de rangement cachés, d’une cuisine fonctionnelle, d’une salle de bain, ainsi que de deux chambres et d’un salon pleine grandeur. La maison repose sur un mât porteur central et le périmètre de la structure est ancré au sol avec des tiges ajustables afin d’assurer une stabilité pour cette résidence de type « poids léger ».

La DDM était censée être une maison préfabriquée, transportable et livrable partout dans le monde. Pesant un peu plus qu’une voiture, préemballée dans un tube de livraison dont les composantes pouvaient facilement être manipulées par une seule personne. Portable, économique, facile à construire ou à démonter, la maison de 1100 pieds carrés ne pesait que 6000 livres (2700 kilos) et ne devait coûter au propriétaire que le prix de la voiture la plus populaire de l’époque.

La maison Dymaxion doit son apparence à des matériaux et à des technologies normalement propres au domaine de l’aéronautique, autant du point de vue de la conception que de la construction. Le bâtiment est parfaitement circulaire et le toit en forme de dôme offre des avantages aérodynamiques lors de vents violents et de mauvais temps. Ce même toit est assemblé sur un cadre circulaire semblable à celui d’une roue de bicyclette géante, puis soulevé et suspendu au sommet du mât central. Telle était la solution visionnaire de Fuller face à la pénurie de logements prévue en 1945-1946 avec le retour aux États-Unis de plus d’un million de vétérans stationnés en Europe et en Asie.

En 1945, Wichita, au Kansas, est la capitale mondiale de la fabrication d’avions, et c’est là que Fuller, en s’associant à Beech Aircraft Industries, a trouvé l’expertise et l’outillage nécessaires pour la construction de ses premiers prototypes de la Dymaxion Dwelling Machine. Malheureusement, et pour diverses raisons économiques et personnelles, la DDM n’est jamais entrée en production. Seulement deux prototypes ont été fabriqués par Beech en 1945 et ils ont ensuite été achetés par William Graham, un homme d’affaires local intéressé par le projet de Fuller.

En 1946, la famille Graham érigea une version hybride de la Maison Dymaxion, combinant des éléments structuraux des deux prototypes pour construire un chalet familial sur des fondations permanentes sur la rive d’un petit lac artificiel situé tout juste à l’extérieur de Wichita. Au fur et à mesure que la famille Graham grandit, divers éléments architecturaux traditionnels sont ajoutés, dont une extension de la toiture de type parasoleil et une maison de type Ranch. Plus tard, au début des années 1970, la maison Dymaxion est abandonnée, et ce pour une période de vingt ans.

Au début des années 1990, la famille Graham, consciente qu’elle est propriétaire d’un prototype architectural important et unique dans la carrière de Fuller, cherche à faire don de la maison à une institution muséale de réputation internationale. En 1991, après quelques négociations, le Ford Museum prend possession de la maison qui est alors démontée avec grand soin avec l’aide de Jay Baldwin, un collaborateur de Fuller depuis de nombreuses années. Toutes les pièces récupérées sont numérotées, cataloguées et envoyées au musée Ford à Dearborn au Michigan. À la suite de ce déménagement, les composantes de la maison sont entreposées pendant une décennie en attendant qu’on amasse assez de fonds pour la reconstruction. Celle-ci eut finalement lieu en 2001. La DDM a non seulement été reconstruite, mais elle a été complètement refabriquée étant donné que les composantes originales avaient été jugées trop usées et fragiles pour une seconde vie. La DDM est maintenant visible à l’intérieur du musée Ford.

Martin Pawley, éminent écrivain et critique d’architecture en Angleterre pour le Guardian et l’Observer, a qualifié la DDM de « maison du siècle ».

La Dymaxion Dwelling Machine de Fuller, cette petite maison ronde destinée à un futur qui n’a jamais eu lieu, reste encore aujourd’hui l’une des habitations les plus réfléchies, logiques et efficaces du XXe siècle.

Les photographies

La Dymaxion Dwelling Machine à l’abandon

La Dymaxion Dwelling Machine (1945-1946) de Buckminster Fuller, découverte à l’abandon en 1990 dans la prairie du Kansas, juste à l’extérieur de la ville de Wichita.

  1. Vue depuis le rivage opposé du lac artificiel.
  2. Vue rapprochée du ventilateur sur le toit.
  3. Murs extérieurs en pièces d’aluminium de qualité aéronautique, fenêtres en Plexiglas et, au-dessus, extension de pare-soleil ajouté en 1950 et provenant de pièces de rechange de la deuxième unité DDM.
  4. Porte d’entrée principale.
  5. Vue de l’intérieur en regardant le mât central soutenant la structure.
  6. Salon avec les composantes du plafond qui s’effondrent.
  7. Chambre principale avec panneaux muraux pivotants et salle de bain Dymaxion adjacente.
  8. Vue de l’intérieur de la cuisine.
  9. Sous-sol (den). En regardant au plafond, on découvre les poutres en aluminium du plancher supérieur.


Démontage de la Dymaxion Dwelling Machine

En 1991, la maison Dymaxion est démontée pièce par pièce par des bénévoles du Ford Museum où elle sera déménagée.

  1. Vue de la maison Dymaxion avec le chapeau du ventilateur enlevé.
  2. Entrée principale.
  3. Jay Baldwin, chef d’équipe, enlevant une section de mur provenant du périmètre extérieur, démontrant ainsi un principe important pour Fuller voulant que n’importe quelle partie de la DDM puisse être manipulée par une seule personne.
  4. Démontage des panneaux de la toiture. Cette vue révèle également le mât central, ainsi que l’escalier en colimaçon.
  5. La DDM presque entièrement dépouillée de ses panneaux muraux extérieurs et des sections du toit. Cette image révèle les tiges de tension entrecroisées reliant le toit du dôme au périmètre extérieur du plancher.
  6. Vue des anneaux A-B et C qui font le lien entre la toiture et les murs. À droite on aperçoit une unité de la salle de bain Dymaxion.
  7. Jay Baldwin, chef de chantier, tenant une poutre de plancher profilée en aluminium.
  8. Pièces de rechange de la deuxième maison Dymaxion, trouvées dans une unité d’entreposage.
  9. Section du toit constituée d’un prolongement de type pare-soleil installé au-dessus de la porte d’entrée principale.

 

Les origines du projet d’art documentaire